Sébastien Germain AJAVON porté à la présidence d’honneur de l’USL par les militants

Le congrès constitutif du parti USL, tenu à Djeffa le 24 mars dernier, n’a pas fini d’alimenter l’actualité. Evénement de l’année sur le plan politique, les assises de Djeffa ont été une messe au cours de laquelle, la situation sociopolitique du Bénin a été passée au peigne fin. Et aussi nombreux qu’étaient les personnalités et autres invités présents, l’unanimité était totale, paradoxalement, autour de la mal gouvernance qui a cours actuellement dans le pays.

Qu’il s’agisse du président Nicéphore Dieudonné Soglo, Valentin Agossou-Djènontin ou du jeune Léonce Houngbadji ou encore de Léon Ahossi, ils ont tous déploré le climat délétère qui prévaut aujourd’hui dans le pays. A leur suite, le président d’honneur de l’Union Sociale Libérale (USL), Sébastien Germain Ajavon, a enfourché la même trompette. Il ne saurait d’ailleurs en être autrement.

Pour mieux présenter la situation, le ‘’2ème ex aequo’’ de la présidentielle de 2016, a mis en exergue plusieurs faits. Il s’agit, par exemple, des difficultés que connaissent aujourd’hui les Béninois, à subvenir à leurs besoins vitaux. La mévente dans les marchés et la décadence de l’économie. La lutte sélective contre la corruption qui est engagée contre ceux qui dénoncent les tares du régime en place. La restriction des libertés d’expression et les traques orchestrées contre ceux qui osent dire ne pas ‘’applaudir’’ le régime de la Rupture. Ainsi se développent l’arbitraire et l’injustice. Face donc à ces fléaux qui étendent leurs tentacules, le président d’honneur de l’USL appelle au rassemblement. « Mobilisons-nous, dès maintenant, pour refuser l’arbitraire et l’injustice ; rassemblons-nous pour créer une alternative de progrès démocratique, en faveur de la liberté et du développement ».

A la classe politique qui s’oppose à l’actuel régime, il rappelle aussi le défi majeur de l’unité. « Notre challenge immédiat est de réussir le rassemblement des forces de l’opposition dans la clarté, pour un travail dans la précision et affronter ensuite les rendez-vous électoraux dans la plus parfaite transparence ». Il va s’en dire que l’heure est plus que jamais à l’entente dans le rang des partis de l’opposition.

Ces mots de Sébastien Ajavon, au-delà de ce qu’ils tombent à pic dans un environnement politique où sévit un terrorisme à peine voilé à l’endroit de tous ceux qui osent tenir un langage différent de celui du pouvoir, ils sont porteurs d’espoir. En effet, en appelant au rassemblement et à la mobilisation de tous les Béninois, Sébastien Ajavon est conscient que la tâche à abattre pour redonner le sourire à ses compatriotes est une affaire de tous. Son appel va au-delà des personnalités politiques et est aussi adressé aux citoyens lambda. C’est pourquoi il invite les militantes et militants de l’USL à tendre «les bras à toutes nos sœurs et à tous nos frères dans chacun de nos quartiers de ville et villages et invitez-les à nous rejoindre ». L’heure semble être venue pour que chaque béninois se demande ce qu’il a, peut et doit faire pour son pays.

Sébastien Germain AJAVON : « …il n’y a pas de développement sans le respect des libertés… »

Allocution du Président d'honneur du parti UNION SOCIALE LIBÉRALE lors du congrès.

Ravip/enrôlement du président d’honneur de l’Usl : Ajavon dans la peau de l’acteur politique.